Je pense à Yu
Beteiligte das Stück Modell Zeichnungen Fotos
weitere Stücke zum Anfang
vignette maquette 1 vignette maquette 2 vignette maquette 3 vignette maquette 4 vignette maquette 5 vignette maquette 6 vignette maquette 7 vignette maquette 8
vignette dessin 1 vignette dessin 2 vignette dessin 3 vignette dessin 4
vignette photo 1 vignette photo 2 vignette photo 3 vignette photo 4 vignette photo 5 vignette photo 6 vignette photo 7 vignette photo 8
 photo 1  photo 2  photo 3  photo 4  photo 5  photo 6  photo 7  photo 8  dessin 1  dessin 2  dessin 3  dessin 4 vignette maquette 1 vignette maquette 2 vignette maquette 3 vignette maquette 4 vignette maquette 5 vignette maquette 6 vignette maquette 7 vignette maquette 8
- - - - - - - - - - - - zum Vergrößern anklicken - - - - - - - - - - - -
Théâtre Pulloff   Lausanne / CH
Uraufführung 2013

Regie : François Marin

mit


Caroline Althaus
Julien George
Selvi Pürro
Text :
Bühnenbild :
Licht :
Kostüme :
Maskenbildnerin :

Produktionsleitung :
Beleuchter :
Konstruktion :
Verwaltung :

Fotos :
Carole Fréchette
Elissa Bier
William Lambert
Scilla Llardo
Séverine Irondelle

Nicola Frédiani
Eloi Gianini
Leo van Tschip
Claire Félix

Erika Irmler
Es tut mir leid, aber die Übersetzung des Textes ist noch nicht verfügbar

das Stück


Dans l’appartement désordonné où elle vient d’emménager, Madeleine apprend la libération de Yu Dongyue, emprisonné 17 ans, pour avoir lancé de la peinture sur le portrait de Mao durant la révolte de Tienanmen, en 1989.

Étrangement troublée par cette nouvelle, Madeleine s’enferme chez elle , met sa vie entre parenthèses, et se plonge dans ces jours exaltants puis sombres de mai 1989, s'interrogeant sur son propre rapport au monde, ses espoirs, ses engagements politiques, ses illusions perdues …

Mais sa retraite est perturbée par l’arrivée d’un homme débarqué chez elle par hasard, et par une jeune immigrante chinoise, a qui elle a promis d'enseigner le français…
Es tut mir leid, aber die Übersetzung des Textes ist noch nicht verfügbar

Bühnenbild



Un cadre de scène noir où sont projetées les dates et les heures , et au delà ,
une scénographie scindée en espaces distincts , mais proches et similaires ,
comme peuvent l'être les appartements d'un immeuble moderne ....

Dans cet espace confiné ,
étroit et encombré , "connecté" par tous les moyens modernes ,
la proximité physique éclaire plus cruellement encore , la difficulté des personnages à rompre leur isolement et a prendre part à la marche du monde ...

Ce n'est d'ailleurs qu'en quittant , à la fin de la pièce , la scène et la scénographie ,
qu'ils pourront s'émanciper
du passé , de l'Histoire …
et retrouver la compagnie des hommes .....
Ces quatres portraits figurent les dessins que peint le fils du voisin de Madeleine et qu'elle accroche au mur , au milieu des "véritables" portraits de Mao ...