Verdi en plein choeur
Beteiligte Fotos Zeichnungen
weitere Stücke zum Anfang
vignette dessin 1 vignette dessin 2 vignette dessin 3 vignette dessin 4
vignette photo 1 vignette photo 2 vignette photo 3 vignette photo 4 vignette photo 5 vignette photo 6 vignette photo 7 vignette photo 8 vignette photo 9 vignette photo 10 vignette photo 11 vignette photo 12 vignette photo 13 vignette photo 14
photo 1 photo 2 photo 3 photo 4 photo 5 photo 6 photo 7 photo 8 photo 9 photo 10 photo 11 photo 12 photo 13 photo 14 photo 15 photo 16 dessin 1 dessin 2 dessin 3 dessin 4
- - - - - - - - - - - - zum Vergrößern anklicken - - - - - - - - - - - -
La Belle Usine  Fully / CH
Konzert 2016
de l'Ensemble Vocal de Saint Maurice

Le Requiem de Giuseppe Verdi

Orchesterleiter : Pascal Crittin
Regie : François Marin

avec

les choristes de l'EVSM
ainsi que :

Carole Rey Soprano
Johanna Rittiner-Sermier Alto
Gilles Bersier Ténor
Stephan Imboden Basse
Lionel Monnet Piano
Adriana Georgieva Contrebasse
Olivier Darbellay Cor
Fabrice Vernay Percussions
Romain Kuonen Percussions
Bühnenbild :
Licht :

Elissa Bier
William Lambert

Es tut mir leid, aber die Übersetzung des Textes ist noch nicht verfügbar

Bühnenbild


Pour répondre aux voeux de Pascal Crittin, directeur de l'Ensemble vocal de Saint-Maurice, qui souhaitait une "immersion" au coeur de la musique de Verdi, je décide de travailler sur les perceptions imbriquées de l'espace, de la lumière et de la musique .

Le dispositif consiste à placer les 4 solistes en hauteur, dos aux fenêtres ;
à positionner l'orchestre au centre du public et à scinder l'espace "gradin" en plusieurs parties, entre lesquels les choristes se déplacent .

Par ailleurs, je propose de bander les yeux des spectateurs dès leur entrée et durant le premier tiers du concert, afin de favoriser la concentration et l'écoute, et de modifier la perception spatiale de la musique .

Ainsi, de la même façon que le Requiem de Verdi exprime une large gamme d'émotions liées à la fin de vie et à la mort, du tragique à l’espérance, l'idée est de favoriser un trajet mental allant d'un sentiment de proximité, d'enfermement, à un sentiment d'espace, par la découverte retardée du magnifique volume de la Belle Usine .

Et concernant la lumière : quitter l'aveuglement du début pour s'éblouir ensuite aux lumières de coucher du soleil . Chaque soir, le crépuscule embrase les grandes fenêtres du bâtiment et au-delà, les montagnes du Valais .

Le requiem prend fin à la nuit tombée. Brillent alors les flammes des lampions en échos aux "lux aeterna" de la partition .
la salle de concert :

Une ancienne centrale hydro-électrique entourée de vignes et de chataigniers .

Un lieu magnifique, une cathédrale indusdrielle : La Belle Usine de Fully .
… en répétitions ...